Raphaèle Fleury, Paul Claudel et les spectacles populaires. Le paradoxe du pantin