L'Oiseau noir dans le Soleil levant

Bibliographie de L'Oiseau Noir dans le Soleil levant

Éditions: 

L'éd. de 1927 comprend quinze textes, contre vingt-cinq pour l'éd. de 1929. La Poésie japonaise, La Femme et son ombre, Le Vieillard sur le mont Omi disparaissent dès la deuxième éd., alors que sont ajoutés La Maison du Pont-des-Faisans, Lettre au Professeur Miyajima, Meiji, L'Abdication au milieu des pins, la série des Poèmes japonais, La Maison d'Antonin Raymond à Tokyo, Histoire de l'équarrisseur, L'Abîme solaire et les dialogues de 1926. Les éd. les plus courantes ne présentent jamais L'Oiseau noir dans le Soleil levant dans sa forme originelle : la "Bibliothèque de La Pléiade" a réparti les textes sur plusieurs volumes (La Femme et son ombre dans Théâtre, tome II ; La Poésie japonaise dans les notes de l'Oeuvre poétique), et a fait le choix d'ajouter plusieurs textes, souvent très postérieurs au séjour au Japon (notamment L'Affût du lutteur, Les Funérailles du Mikado et Adieu, Japon !), de sorte que L'Oiseau noir dans le Soleil levant est le titre d'une "partie" consacrée au Japon, mais pas celui de l'oeuvre dont il est ici question. La coll. "Folio" de l'éd. Gallimard, préfacée par Jacques Petit, reprend l'éd. de 1929, mais y ajoute Hai kai - composé dans la nuit qui suivit le tremblement de terre de 1923 - et Le Vieillard sur le mont Omi, qui avait disparu dans la deuxième éd. La Femme et son ombre, en revanche, n'est pas retenu dans ce volume.

Paul Claudel, L'Oiseau noir dans le Soleil levant, Excelsior, 1927.
Paul Claudel, L'Oiseau noir dans le Soleil levant, Gallimard, 1929.
Paul Claudel, L'Oiseau noir dans le Soleil levant [Recueil de textes concernant le Japon], in Oeuvres en prose, Paris, Gallimard, coll. "Bibliothèque de La Pléiade", 1965.
Paul Claudel, La Femme et son ombre, in Théâtre, tome II, Paris, Gallimard, coll. "Bibliothèque de La Pléiade", 1965.
Paul Claudel, Le Vieillard sur le mont Omi, in Oeuvre poétique, Paris, Gallimard, coll. "Bibliothèque de La Pléiade", 1967.
Paul Claudel, La Poésie japonaise, in Oeuvre poétique, Paris, Gallimard, coll. "Bibliothèque de La Pléiade", 1967, en notes p. 1139-1142.
Paul Claudel, Connaissance de l'Est, suivi de L'Oiseau noir dans le Soleil levant, préface de Jacques Petit, Paris, Gallimard, coll. "Folio Poésie", 1974.
Henri Micciollo (éd.), L'Oiseau noir dans le Soleil levant, introduction, variantes et notes, Paris, Annales littéraires de l'Université de Besançon, n°31, Les Belles Lettres, 1981.
Michel Malicet (éd.), Le Poëte et le Shamisen, Le Poëte et le Vase d'encens, Jules ou l'Homme-aux-deux-cravates, Paris, Annales littéraires de l'Université de Besançon, Les Belles Lettres, n°3, 1970.

L'Oiseau noir dans le Soleil Levant

DEUX BAMBOUS VERTS
 
Sur une longue bande de papier Seiki a peint deux bambous parallèles de diamètres différents, pas de feuilles, rien que les deux tuyaux d'un vert égal en commençant par les racines. Deux cannes, on dirait : est-ce un sujet pour un peintre ? Mais que les deux tuyaux n'aient pas la même grosseur, est-ce que l'œil ne s'en aperçoit pas aussitôt et ce qui nourrit en nous le sens de la proportion ? Aussi, ne vois-tu pas que les ointures très rapprochées près de la racine s'écartent ensuite à des distances calculées qui ne sont pas sur les deux tiges les mêmes ? Et de cette double comparaison ne jaillit-il pas pour l'esprit à la fois une harmonie et une mélodie comme des nœuds d'une double flûte ? L'œil ne se lasse pas de vérifier que la proportion est ce nombre qui n'est capable d'être représenté par aucun chiffre.
 
(Juillet 1926)
 
Contacts et circonstances, L'Oiseau noir dans le Soleil Levant, Œuvres en Prose, Gallimard, La Pléiade, p. 1188.

L'Oiseau noir dans le Soleil levant
(1926)

Syndiquer le contenu